Entrée de ville sud de Cadenet par la RD 943

Un peu d’histoire

Le conseil départemental a tenu compte des inquiétudes émises sur l’écoulement des eaux par une réponse technique détaillée qui a rassuré les riverains

Lire la réponse du conseille départemental : réponse du conseil départemental

Au mois d’avril 2017 des riverains de l’avenue Philippe de Girard nous ont fait part de leur préoccupation concernant le programme de réhabilitation de l’avenue qui ne tient pas compte des problèmes de pluvial. Nous avons préparé une intervention auprès du conseil départemental maître d’œuvre et d’ouvrage des travaux : Lettre de FVE au Conseiller Départemental

Notre analyse sur ce projet

Les principales options du projet :

  • Requalification de la voie
  • Création d’un véritable trottoir de 1,40 m de large côté droit lorsqu’on monte vers le village, utilisable par les piétons et les poussettes.
  • Rationalisation du stationnement en côté gauche
  • Création de plateaux traversants et/ou passages piétons en haut et bas de l’avenue et vers les ambulances  / pompiers.

Certains choix d’aménagement de la voie posent problème selon nous :

Il est prévu de remplacer les platanes – certes vieillissants et encombrants – qui sont la seule identité provençale de cette avenue et de replanter des poiriers, au motif qu’ils sont plus adaptés à une voie de circulation étroite.

Le stationnement des voitures est prévu à l’ombre des arbres, mais sans trottoir, qui est prévu de l’autre côté mais est infiniment linéaire, sans aucun aménagement.

Il est prévu une chaussée sans chicane avec quelques maigres passages piétons et deux ou parait-il trois plateaux traversants.

Il n’est pas prévu une réflexion globale quant au cheminement de la nombreuse population qui va habiter la cave coopérative de l’autre côté de la déviation et de la ligne de chemin de fer, et qui pourrait rejoindre le centre à pied.

Il n’est pas prévu de faire une place aux vélos.

Nos propositions

Concernant l’aménagement de l’avenue, la question principale est la sécurité des piétons et des poussettes, sur une voie où la vitesse réduite sera difficilement respectée.

Il faudrait aménager la sortie directe du rond point pour signifier aux automobilistes qu’ils entrent en ville, dans un espace où le piéton et le vélo ont toute leur place, et doivent être respectés. Cela peut se matérialiser par une chicane et des marquages forts sur la chaussée, par des revêtements rugueux appropriés ou de la peinture, pour donner au moins une illusion de réduction des voies qui conduit l’automobiliste à réduire sa vitesse.

Le stationnement pourrait être alterné dans les zones sans arbres.

Le trottoir devrait être partiellement protégé aux endroits stratégiques pour donner une impression de sécurité aux piétons : par des jardinières rectilignes ou quelques barrières, en particulier près des passages piétons qu’il faudrait d’ailleurs multiplier face à chaque activité commerciale.

Sur l’amélioration paysagère de l’entrée de ville, les réflexions annoncées d’un aménagement paysager du rond point par ALEP semblent de bon augure.

Le secteur de requalification paysagère pourrait toutefois être élargi et intégrer un secteur en aval vers la Durance, des jardineries jusqu’au rond point, qui participent de l’entrée de ville perçue en arrivant d’Aix et de Rognes. Il semble nécessaire que des préconisations d’amélioration et de sauvegarde du paysage soient prises dans le cadre du futur PLU pour limiter l’urbanisation éparse et envahissante, et pour ne pas gâcher la superbe vue du village.

Pour finir, il faudrait surtout à notre avis mieux articuler ce projet avec un schéma urbain pensé et cohérent. En effet, la décision d’étendre l’urbanisation de Cadenet au-delà de la déviation  a été prise malgré tous les objectifs de densification urbaine votés par les élus municipaux lors de l’adoption du des orientations du PLU (PADD). Il faudrait stratégiquement et à moyen terme, pour désenclaver cet ilot, prendre des décisions de sauvegarde dans le PLU et lancer une étude de faisabilité d’une voie douce et verte entre l’avenue Philippe de Girard et le Chemin des Piles. Elle garantirait un passage agréable et sécurisé à pied, en vélo, en trottinette… entre le centre-ville et ce nouvel ilot d’habitat et de commerces.

Et la suite ?

Nous sommes très satisfaits d’avoir été associés à une réflexion d’aménagement de cette entrée de village. Nous espérons que la démarche participative, qui permet aux habitants de s’informer, de réfléchir, de proposer, de se heurter aux contraintes et de mieux accepter les choix – et qui constitue un point fort de ces opérations d’amélioration du paysage – sera réellement mise en œuvre à Cadenet, comme elle pu l’être ailleurs dans le Parc du Luberon.

Note préparatoire à notre participation au comité de pilotage du 18 janvier 2017

Le PNRL a initié il y a trois ans une démarche expérimentale d’Opération Programmée d’Amélioration du Paysage et a souhaité la mettre en œuvre en lançant une étude pour la requalification paysagère de 4 entrées de villes dont Cadenet

L’étude du PNRL portera sur l’implication des riverains de l’avenue Philippe de Girard dans un projet d’ensemble (les façades, les clôtures, les jardins contribuent au cadre paysager de la rue) et sur une réflexion prospective concernant des parcelles « vacantes » (l’ancienne station-service par exemple). Outre l’avenue Philippe de Girard, l’étude du PNRL portera sur la requalification de l’entrée de ville à proprement parler et ses enjeux (rond-point, parkings adjacents, zone d’activités, futur quartier d’habitations et de commerces sur l’emplacement de l’actuelle cave coopérative, et même la zone du rond-point aux jardineries).

Le souhait du PNRL est d’impliquer réellement les riverains et acteurs locaux dans une démarche participative de concertation. Une présentation collective de la méthodologie de diagnostic et de concertation pour les 4 sites pilotes est programmée pour le jeudi 26 janvier 2017. Etant donné les délais relativement courts pour mener l’étude, la concertation sera dissociée en deux étapes :

  • Dans un premier temps serons impliqués des relais associatifs tel que FVE pour avoir une vision d’ensemble, et consulter des acteurs clés comme les propriétaires des parcelles « vacantes » afin de réfléchir déjà à des orientations de projet pour ces opportunités paysagères. Une restitution de ce premier travail de concertation a eu lieu mercredi 18 janvier 2017 après-midi avec le comité de pilotage (commune, CD84, PNRL). Voici un compte-rendu de cette réunion
  • Une concertation sera ensuite engagée avec l’ensemble des riverains de l’avenue Philippe de Girard sous la forme d’un diagnostic en marchant (éventuellement complété par un atelier participatif) dont l’objectif est de faire comprendre le rôle de chacun dans le paysage commun de la rue et de mettre en évidence des points de dysfonctionnement, et de réfléchir ensemble à de possibles évolutions.

Pour en savoir plus

http://www.parcduluberon.fr/Un-Parc-a-votre-service/Elus-Collectivites/Cadre-de-vie-Environnement/Dessinons-nos-paysages

On attend de nous de porter un regard différent, une vision d’ensemble, en mettant en évidence des besoins, des problématiques, que nous n’aurions peut-être pas pris en compte, notamment en matière de liaisons piétonnes.

Top